A propos de nous

NAHAN est un nouveau projet international visant à créer une plate-forme pour les documents provenant d’archives archéologiques conservées dans une série d’institutions européennes et nord-africaines. Initié en février 2016, le partenariat est un réseau lâche, lié initialement par un protocole d’accord. Le projet est dirigé par Stefano De Caro et continue sous l’égide internationale de l’ICCROM-Athar tandis qu’Elizabeth Fentress s’occupe de la direction scientifique. La DAI nous a généreusement offert une plate-forme, basée sur ARACHNE, son ‚Syrian Archives Project‘ et le iDAI.world, ainsi qu’un stockage et une conservation à long terme. La plateforme serait une ressource en libre accès, mais elle permettrait aussi d’afficher des entrées de catalogue plutôt que des documents, avec des liens vers d’autres sites où des documents sont effectivement détenus ou, à la limite, vers des documents non encore numérisés.

Notre objectif est de fournir une ressource à tous ceux qui détiennent des archives sur l’archéologie nord-africaine et qui souhaitent faire du public, ou assurer leur création à long terme, ainsi qu’aux chercheurs qui souhaitent les étudier. Nous prévoyons un certain nombre de façons d’y parvenir. Tout d’abord, le DAI travaillera sur la plate-forme pendant la première moitié de 2018, en le testant avec les archives des fouilles de Cherchell. Ensuite, il y aura une «preuve de concept» à plus grande échelle: la création de catalogues pour les archives de 5 grandes villes nord-africaines: Volubilis, Cherchel, Carthage, Leptis Magna et Cyrène. Nous espérons ensuite avancer vers d’importantes demandes de financement, non seulement de l’UE mais aussi de divers ministères nationaux impliqués dans le développement à l’étranger. .

A une échelle plus petite, nous aidons nos partenaires maghrébins à cataloguer leurs collections et à former leur personnelle, ainsi qu’à rechercher des financements pour des infrastructures d’archives qui en ont besoin, comme celles de Tripoli. Il est proposé qu’une façon de cataloguer des archives puisse prendre la forme de subventions pour les chercheurs maghrébins qui souhaitent étudier les archives dans les pays européens ou recevoir une formation archivistique plus formelle. Indépendamment du financement au niveau du projet dans son ensemble, il est à espérer que l’existence de la plate-forme et du réseau permettra aux partenaires individuels de lever des fonds pour la numérisation de leurs propres archives. .

La quantité de documents d’archives est vaste et, dans une certaine mesure, incalculable. NAHAN est donc essentiellement un projet ouvert, qui peut être développé et utilisé par ses partenaires de diverses manières. Nous serions contents d’entendre des partenaires potentiels et des personnes qui détiennent des archives qu’ils aimeraient conserver ou partager.